Briser l'isolement

Notre mission

Depuis plus de 35 ans, le Parrainage civique de la Vallée-du-Richelieu œuvre dans la communauté en favorisant l’intégration sociale de personnes présentant une déficience intellectuelle, un trouble de santé mentale ou un trouble du spectre de l’autisme. Le moyen privilégié par l’organisme est le jumelage avec un citoyen bénévole.
Ces jumelages, créés sur une base d’intérêts communs, permettent aux personnes parrainées de sortir de leur isolement et de mieux s’intégrer dans la société. De plus, la personne bénévole devient en quelque sorte une agente de changement social. Elle contribue à faire changer le regard sur la différence.
Le parrainage a lieu quelques heures par mois et s’actualise sous diverses formes en accord avec les besoins et intérêts des personnes impliquées. Habituellement, il s’agit de sorties (restaurants, magasinage, musées, cinéma, sports, etc.), d’invitations dans le milieu familial, de téléphones, de visites ou autre forme d’entraide.
cieuses et une base solide pour appuyer nos actions. Contactez-nous pour en savoir plus et pour vous engager.

Une page de notre histoire

Les origines du parrainage civique

De la Scandinavie au Québec

Le mouvement du parrainage civique s’appuie sur la philosophie développée par Wolf Wolfensberger, docteur en psychologie et chercheur dans le domaine de l’incapacité intellectuelle. Ce scientifique américain d’origine allemande s’est inspiré du concept scandinave de « normalisation », une approche de valorisation des rôles sociaux.

Dès 1966, Wolf Wolfensberger crée la formule du parrainage par des citoyens pour faciliter le retour à la vie normale de ses patients touchés par une incapacité intellectuelle. Il systématise donc le concept de parrainage civique de façon claire et précise et développe théoriquement le programme en tant que tel. Il travaille ensuite à l’implantation du mouvement aux États-Unis, en commençant par l’État du Nebraska au début des années 1970.

D’autres bureaux voient rapidement le jour. Aujourd’hui, chaque État américain possède son organisme de parrainage civique.

Au Québec, le mouvement fait son apparition en 1976, lors de la création d’un premier organisme desservant la partie anglophone de l’île de Montréal. Madame Joanne Farley en est l’instigatrice.

Rapidement, plusieurs organismes sont fondés dans la partie est de l’île, sous l’impulsion de Gérard Hamon, conseiller en réadaptation à l’Hôpital Louis-H. Lafontaine. D’autres organismes ouvrent leurs portes sur la Rive-Sud et la Rive-Nord de Montréal. Aujourd’hui, 19 organismes membres et 7organismes associés sont déployés dans l’ensemble de la province.